A la rencontre de…

Sandrine Martin, comptable unique pour le Groupe Bellion

Sandrine évolue depuis plus de sept ans en tant que comptable unique au sein du Groupe Bellion. En charge de tenir la comptabilité des holdings financières du groupe, elle assure au quotidien la gestion d’une quinzaine de sociétés. Rencontre.

Peux-tu nous parler de ton parcours professionnel ?

Suite à l’obtention de mon bac Scientifique, j’ai entamé des études de comptabilité afin d’obtenir un DECF. J’ai décroché mon tout premier CDI en tant que comptable unique aux pompes funèbres communales de Brest ! Humainement, j’y ai beaucoup appris. Point de détail : mes inventaires de stocks étaient principalement constitués de cercueils et de coussins. A 24 ans, c’était tout un monde à découvrir… J’ai poursuivi ma carrière dans d’autres secteurs d’activité : l’intérim, l’impression… C’est forte de dix-sept années d’expérience en comptabilité que je suis arrivée chez le Groupe Bellion.

En quoi consiste ta mission ?

J’ai pour rôle de tenir la comptabilité des holdings financières du Groupe Bellion. C’est un poste qui implique de nombreux échanges (internes et externes) et d’adopter une vision très globale du fonctionnement de l’entreprise. J’assure ainsi la gestion d’une quinzaine de sociétés au sein de notre groupe, incluant notre activité immobilière (location de surfaces de bureaux et de stockage pour les entreprises). Au quotidien, je consulte le niveau de trésorerie de l’ensemble des sociétés, j’enregistre les factures et procède à la refacturation. Les mois de novembre et décembre sont alloués à la définition du budget pour l’année à venir. La clôture des comptes s’opère quant à elle à partir de la mi-décembre et s’étale jusqu’à la mi-mars. 

Que préfères-tu dans ton travail ? 

Je dois d’abord avouer que je trouve le caractère très cartésien des chiffres particulièrement rassurant. Avec eux, on ne peut pas tricher ! Au quotidien, je suis amenée à reconstituer le puzzle de raisonnements et problématiques divers et variés, pour aboutir à un résultat attendu… ou à découvrir ! Autant dire que la routine n’existe pas dans mon métier. J’aime me plonger dans des dossiers parfois complexes pour aboutir à l’exactitude et à l’optimisation. Sans parler des clôtures de fin d’année, qui représentent sûrement la période la plus intense, mais aussi la plus satisfaisante, car c’est à ce moment-là que l’on voit le travail accompli.

Avec qui travailles-tu (en interne, externe) ?                       

Je suis en relation permanente avec les comptables de nos sociétés d’exploitation, nos divers conseillers sociaux, fiscaux et notre direction.    

Peux-tu définir ton rôle au sein de l’entreprise en trois mots ?

Compter, vérifier, consolider.

Si tu devais choisir un “mentor” ou un modèle, vers qui se porterait ton choix ? Pourquoi ?

Pour être honnête, je n’ai pas vraiment de mentor. Au-delà des personnes, se sont surtout leurs actes et leurs parcours qui m’intéressent. Une quête ou un combat me parleront et m’inspireront davantage.